Portrait de chef - Aniss Meski du Hambar

Son histoire.

C’est au Maroc, à l’hôtel de son oncle, qu’Aniss a son premier contact avec la cuisine. Cette passion pour la nourriture le pousse à débuter son Baccalauréat professionnel en cuisine à l’âge de 15 ans.

Puis, alors qu’il travaillait en France, il décide d’aller visiter Montréal et tombe en amour avec la ville. Six mois plus tard, il y déménage officiellement. Suite à ses trois années au Pois Penché, Aniss continue  sa carrière culinaire au Hambar et devient chef exécutif en janvier 2017.


Votre micro-pousse favorite et comment vous l’utiliser.

« La moutarde et la coriandre. Je sers la moutarde sur le ris de veau et la rillette de porc. Ça emmène un petit goût poivré. La coriandre elle est servie avec la pieuvre. »


Votre ingrédient bien aimé. 

«  J’aime travailler avec les légumes en général. Par exemple, la carotte est un légume délaissé mais elle a tellement de goût et on peut faire plein de choses avec. »


La plus grande fierté de votre carrière. 

« L’expérience que j’ai vécue en Égypte en aidant un ami à redresser son restaurant. J’ai refait la carte au complet et j’y ai travaillé pendant un an. Le restaurant fonctionn encore bien à ce jour ! C’était une super belle expérience. »


Si vous voulez impressionner quelqu’un, que lui servez-vous ?

« Du ris de veau ! Les gens n’aiment pas cela en général. Puis, ils goûtent et ils sont étonnés. Ils ne s’attendaient pas à ça ! Je veux changer la perception des gens. »


Quels conseils donneriez-vous à un jeune chef ?

« C’est un beau métier, mais on doit être passionné ! Si tu le fais pour de l’argent, trouve autre chose. Aussi, de persister et de ne pas se laisser décourager. »


Pourquoi devrait-on aller au Hambar ?

« Pour la charcuterie, on travaille avec une petite ferme qui vient de Québec. On fait nous-même notre charcuterie, c’est le cœur du Hambar ! »

http://hambar.ca/